Domaine de Culan

Lieu de réunion du HOP (Horizon Ouvert et Prospère).
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Auprès d'un arbre (Gabriel m'a piqué mon titre, pfff^^)

Aller en bas 
AuteurMessage
Terwagne

avatar

Nombre de messages : 529
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Auprès d'un arbre (Gabriel m'a piqué mon titre, pfff^^)   Mar 28 Avr - 14:51

(HRP : Ce post fait partie d'un RP de groupe sur le forum secondaire officiel : La Seine au crépuscule, mais si quelqu'un veut RPiser ici avec moi, n'hésitez pas, surtout)



Domaine de Culan, auprès d'un arbre :


Combien de jours s'étaient-ils écoulés depuis qu'elle avait reçu la lettre de Anne? Pratiquement quinze, lui semblait-il... Quinze jours atroces, entrecoupés par des nuits encore bien plus atroces.

La peur ne la quittait plus depuis, sournoise, tapie et murmurante dans un coin de son cerveau par moments, coulant sauvagement et tumultueusement dans ses veines à d'autres moments... Mais jamais totalement endormie et silencieuse.

Quinze jours durant lesquels elle avait cherché comment parler de tout cela à Hugo, mais où elle n'en avait eu ni le courage, ni le temps.

Tout d'abord parce que tous deux ne s'étaient pas vus depuis, retenus par leurs obligations dans deux villes différentes, Sancerre pour lui et Bourges pour elle, mais aussi et surtout parce que l'actualité en Berry était des plus perturbante et invivable pour la Dame de Thauvenay depuis près d'une semaine à présent. Mais de cela non plus, elle n'avait pas eu l'occasion de parler avec Hugo, pas même par missives... Elle craignait bien trop qu'une de celles-ci soient interceptées par une personne mal intentionnée comme on en dénombrait de plus en plus en Berry.

Elle venait donc de passer une semaine d'enfer...

Une semaine d’enfer, oui! Dont elle ignorait si Hugo en avait eu des échos, mais au sujet de laquelle elle-même ne lui avait rien dit.

Pourquoi? Premièrement parce qu’elle ne voulait pas l’ennuyer avec tout cela, mais aussi et surtout, elle devait bien se l’avouer, parce que depuis quelques jours elle s’était totalement repliée sur elle-même, n’adressant pratiquement plus la parole à personne, mis à part deux personnes : Alienor-de-flore et Zaibaker.

Dégoûtée, révoltée, mais surtout déçue comme elle l’était, elle n’avait plus envie de communiquer avec personne, et surtout pas avec certains dont le seul nom la rendait presque malade.


Et puis, Hugo était parti à Noirlac, pour quelques jours, en retraite spirituelle… Elle lui parlerait de tout cela à son retour…



Appuyée contre l’arbre qui lui tenait compagnie, ses yeux se tournèrent vers le bâtiment autrefois habité par Valatar et Maryan, et plus précisément vers les fenêtres derrière lesquelles se trouvaient les locaux réservés au HOP.



Le HOP…

Pour un « Horizon Ouvert et Prospère » … Un nouveau nom pour la nouvelle impulsion qu’elle avait tenté de donner au NORF, le mouvement créé par Valatar, Mentaig et Hugo après la mort des deux premiers et l’abandon de la politique par le troisième.

Un soupir s’échappa de ses lèvres tandis qu’elle arrachait une poignée d’herbes sans même s’en rendre compte, les doigts serrés au point d’en faire blanchir les jointures de ses articulations.



Valatar…

Comme il devait se retourner dans sa tombe en ce moment! Comme elle aurait voulu pouvoir lui parler, lui dire que plus que jamais elle comprenait ce qu’il avait traversé à une époque! Comme elle aurait voulu lui dire qu’elle avait essayé, de toutes ses forces, de toute son énergie, de ne pas laisser mourir ce que lui et ses deux cousins avaient fondé en quittant le FIER, mais qu’aujourd’hui, elle ne pouvait plus… Qu’elle regrettait tellement de ne pas avoir pu faire mieux, s’entourer de personnes plus fidèles et intelligentes, moins manipulables…

Une larme naquit au bord de sa paupière, et elle la retint à la force de ses cils, en fermant fortement les yeux un très bref instant.

Trahie… Elle se sentait trahie!

Soupçonnée par ceux qu’encore quelques jours plus tôt elle surnommait "Sa Famille", elle qui n’en avait pas vraiment eu avant de s’installer en Berry… Elle ne pouvait pas le supporter!

Non, elle ne pouvait pas supporter de voir que certains d’entre eux se laissaient manipuler par les propos du Poilu, remettaient sa parole à elle en doute, lui demandaient des explications et justifications suite à de fausses accusations de la part d’opposants politiques qui avaient déjà réussi à se débarrasser de Valatar… Car de cela, elle en était plus certaine que jamais! Ils s'étaient débarrassés de Valatar!!!



Portant sa main à sa jambe qui continuait à se remettre bien doucement de l'accident dont elle avait été victime lors de l'éboulement de la mine, elle laissa l'envahir les souvenirs bien récents de tout ce qui la mettait dans un tel état de dégoût ce jour-là...

Un effondrement dans une des mines, alors qu'elle s'y trouvait, en tant que Commissaire aux mines, avec l'équipe d'entretien, en pleine nuit...

Un Commissaire au Commerce, Renlie, et un Duc Poliu qui font des annonces publiques pour confirmer à la population qu'il s'agit bel et bien d'un accident et qu'elle n'en est en rien responsable puisque tous deux ont bien vu dans son bureau à elle, et dans les stocks ducaux de pierre et fer, que chaque jour elle avait donné les ordres d'entretien et que ceux-ci avaient été réalisés...

L'hypothèse défendue par toute l'équipe du Conseil Ducal et Renlie en premier d'une faute commise non pas par elle, mais d'un soucis "technique" lors d'un des entretiens...



Et soudain, alors que vont s'ouvrir les campagnes pré-électorales, ce charmant Renlie s'écrie qu'il manque un "récipicé" d'entretien effectué d'il y a deux semaines dans le bureau de la Commissaire aux mines, donc elle-même... De victime elle devient coupable! Accusée de ne pas avoir fait son travail correctement!

Un récipicé dont personne n'aurait vu jusque là qu'il manquait, malgré les différentes recherches faites avant par lui-même, la Juge, le Duc, et tant d'autres depuis l'éboulement!!! Personne n'aurait rien remarqué pendant quinze jours, mais au moment des campagnes électorales qui vont les opposer, elle et eux... BINGO!!! Une trouvaille!

Un récipicé disparu et non pas manquant, elle en est certaine, pour sa part! Elle sait très bien qu'il existe un trousseau de clefs passe-partout au Château de Bourges, et que si personne n'a remarqué auparavant qu'il manquait ce petit "entretien effectué", c'est tout simplement parce qu'il ne manquait pas!!!!

Une machination se met en place, avec tout le bruit que peut être capable de faire un parti comme le FIER... Cris en place publique, insultes par missives de gens mystérieusement sortis de retraite spirituelle, annonces officielles, banderoles devant les tavernes et mairies, messe en mémoire des pauvres travailleurs morts dans la mine par sa faute à elle alors qu'il n'y avait personne dans la mine au moment de l'éboulement... Oui, on invente même des morts, des veuves et des orphelins! Tous les moyens sont bons pour gagner des électeurs pour ces gens-là!

Bien entendu, cela la révolte, la met hors d'elle, mais elle se doutait qu'un jour cela arriverait... Le FIER s'était débarrassé de Valatar, de Mentaig, de Hugo aussi quelque part. Il était donc plus que prévisible que puisque c'était elle qui avait pris leur relève, un jour ou l'autre ils mettraient quelque chose en place pour se débarrasser d'elle! Ils avaient déjà essayé lors des élections précédentes en l'accusant d'avoir détroussé des voyageurs sur les routes alors qu'elle ne s'y trouvait pas.

Révoltée contre le FIER et ses sbires, elle l'est, oui, mais pas étonnée, et elle supporte...

Ce qu'en revanche elle ne supporte pas, n'accepte pas, et qui la dégoûte à un point qu'elle n'aurait pas pu imaginer possible, c'est l'attitude de la plupart des gens du HOP, ou du moins de ceux en qui elle-même avait une confiance inébranlable!

Ces gens qui ont connu Valatar et Mentaig, qui savent qu'une histoire de ce genre on en avait déjà montée une à l'encontre du premier, l'accusant de l'effondrement de l'économie du Duché... Ces gens avec lesquels elle a tenté de faire survivre, pour ne pas dire se redresser, ce que le trio fondateur avait mis en place en créant le NORF... Ces gens qui savent à quel point elle s'est démenée pour le HOP... Ces gens qui aujourd'hui la soupçonnent eux aussi, lui demandent de se justifier encore et encore... Ces gens qui se sont laissés manipuler par les mots du FIER... Qui à présent vont même jusqu'à dire dans leur propre campagne pré-électorale que Terwagne n'est pas le HOP, que ses erreurs à elle ne doivent pas retomber sur l'entièreté des membres de leur mouvement... Ces gens qui n'ont pas compris qu'ils devraient être unis, soudés!!!! Comme l'étaient Valatar, Mentaig et Hugo...

Oui, la Dame de Thauvenay est dégoûtée! Dégoûtée par l'une d'elle plus précisément, qui était bel et bien là quand on a sali Valatar et Hugo il y a des mois et des mois... Une Sancerroise qui les a connus, a tout vu, mais visiblement n'a toujours rien compris...

Oh! Hugo dirait encore à Terwagne qu'il ne faut pas lui en vouloir, qu'elle n'est pas méchante, qu'elle ne se rend pas compte, qu'elle est juste trop naïve!

La bonne excuse!!!

Terry a presque envie d'en rire nerveusement, se retenant de lui écrire pour lui dire ses quatre vérités à cette personne qui par sa naïveté, à laquelle elle-même donnerait un qualificatif tout autre, vient de causer son ras-le-bol.

Elle le ferra, elle le sait, dans trois jours, lorsque les résultats des élections seront tombés et qu'elle-même quittera ce groupe de gens en qui elle croyait, qu'elle pensait capables de faire survivre et même grandir le mouvement fait d'idéaux et valeurs mis en place par les trois fondateurs du NORF... Elle le ferra, oui! Et peu importe l'avis de Hugo, sur ce coup-là!

Hugo qui n'a jamais compris ce qu'elle ressentait les soirs où elle lui disait que de son temps à lui, il n'était pas seul, lui et ses cousins formaient un groupe uni, soudé, qui s'épaulaient, se soutenaient face aux attaques venant d'en face, alors qu'elle-même était seule, ou presque...

Jamais compris, non! Qu'un jour elle craquerait à défaut de se sentir un minimum soutenue!



Et ça y est, elle craque! Mais pas à cause du FIER, non! Leurs attaques elle s'en moque au fond... Elle craque à cause de l'attitude de cette personne bien précise qui était du même côté qu'elle-même et qui n'a rien compris!!!

Si au moins Hugo était là... Il la tempèrerait, trouverait les mots pour calmer son dégoût et sa colère... Mais il n'est pas là! Pas là! Plus jamais là!



Reprenant un peu son calme, elle repense à Anne, à cette lettre qui malgré tout ce qu'elle-même vit en ce moment, et qui, elle en est persuadée, n'est pas sans rapport avec l'accident qu'on lui met sur le dos et dans lequel elle a bien faillit perdre elle-même la vie, lui trotte en tête.

Finalement, c'est une bonne chose que Hugo soit en retraite spirituelle... Au moins il est en sécurité... Du moins elle tente de s'en convaincre.

Qui est au courant de cette conversation qu'elle avait eue avec Mentaig? Anne, ça c'est certain,mais qui d'autre?

Sans aucun doute quelqu'un d'autre qui aura voulu se débarrasser d'elle-même en provoquant l'accident de la mine, de peur qu'un jour elle se décide à dévoiler ce que Mentaig avait appris... L'accident a échoué, elle est en vie, et du coup on récupère l'affaire pour se débarrasser d'elle d'une autre façon, la décrédibilisant...

Mais le contenu de cette conversation entre elle et Mentaig, personne ne le connait au fond... Juste elle! C'est d'elle qu'il faut se débarrasser, pas des autres, ils ne savent rien encore...

Anne sait juste qu'une conversation a eu lieu, rien de plus, donc pas ce qui s'y est dit... Hugo lui ne sait rien...

Tout à coup, Terry en est persuadée : pour l'instant, elle seule est en danger! Elle seule en sait trop! Elle peut encore protéger Hugo et sa famille en les laissant dans l'ignorance!

Se taire et partir pour les protéger... C'est peut-être cela la seule solution... Ils croiraient qu'elle fuyait une fois encore, comme au moment du drame de la Cathédrale, la jugeraient à tord, mais au moins ils seraient en sécurité!



Elle se redresse, rentre dans les locaux du HOP, cherche de quoi écrire, et sans réfléchir plus avant, elle se met à rédiger deux lettres : une à l'attention de Anne, bien plus froide que la précédente, et l'autre adressée à Hugo.


Citation :
Damoiselle Anne,

Je n'ai guère le temps de vous écrire très longuement, aussi irais-je à l'essentiel, vous m'excuserez.

Oubliez cette histoire de confession entre votre tante et moi-même! Gardez-la comme un mystère si vous voulez, mais ne cherchez pas à en connaitre le contenu, je vous en supplie.

Je suis la seule personne à connaître ce contenu, et vous le révéler, que ce soit à vous, à votre frère, à votre mère, ou pire encore à votre oncle, ne ferrait que mettre votre vie à tous en péril. La mienne l'est, du moins cet "accident" à la mine me le fait penser.

Je ne peux m'y résoudre... Ne m'en veuillez pas, je vous prie.

J'aime profondément votre oncle, et j'appréciais énormément votre père et votre tante, vous vous en doutez. Voila bien pourquoi je préfère me taire, et vous protéger de la seule façon qui me soit possible : garder cette confession pour moi seule.

Pardonnez-moi de vouloir vous garder à l'abri.


Terwagne

Citation :
Cher Hugo, très cher Hugo.

Lorsque vous reviendrez de Noirlac, les résultats des élections seront sans doute tombés, et je ne serai sans aucun doute plus conseillère ducale, donc plus "coincée" en Berry.

Peu importe, me direz-vous... Mais ce que je voulais vous dire, c'est que je ne serai sans doute plus en Berry non plus.

Ne prenez pas ce départ pour une lubie comme j'ai pu en avoir par le passé, ni comme le geste d'un coeur-girouette qui a cessé de vous aimer, c'est tout sauf le cas... Je vous aime, de tout mon coeur, de toute mon âme, et bien plus encore!

Mais aujourd'hui, certaines "choses" dont je ne peux pas vous parler me persuadent que votre vie et celle des vôtres est bien plus précieuse que le "Nous".

Détestez-moi si cela vous facilite les choses, haïssez-moi si vous le voulez, mais ne doutez pas de mon amour surtout.

Aujourd'hui, il me faut m'éloigner, pour vous tous!


Votre Terry,
qui cherche le courage de vous envoyer cette missive,
et espère avoir celui d'aller jusqu'au bout.


PS : "Le dernier espoir, c'est la fuite"

Elle confia ensuite la première lettre à un messager, très rapidement, mais resta longtemps avec la seconde en main, hésitant soudain à la faire porter... Aurait-elle le courage de cette fuite?

_________________

Derrière chaque papillon, il ne faut pas oublier qu'il y a eu une larve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Auprès d'un arbre (Gabriel m'a piqué mon titre, pfff^^)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "L'arbre aux chimères" 11/05 lesigny 77
» Quelle mouche a piqué Robert Parker?
» 20200308 - 04h00 = Le treizième coup de minuit, avec Gabriel Deschenes
» Se faire connaître auprès des associations et des boutiques locales
» Au pied de mon arbre...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de Culan :: L'entrée et les jardins :: Les jardins-
Sauter vers: